L’avatar virtuel : enjeux et spécificités

BELLEVERGUE, Steve. Le Sujet au risque des espaces virtuels: quels enjeux? Réseau des intervenants en addictologie hauts normands [ En ligne], 2011, [ Consulté le 22/01/13]. Disponible sur : < http://www.riahn.fr/site/wp-content/uploads/2011/01/espaces-virtuels.pdf >

Résumé : L’appréhension des espaces virtuels se fait souvent sous l’ombre de la suspicion et  du risque de perte du lien à la réalité. Pourtant, ces médias offrent de belles opportunités pour le sujet de trouver une solution à sa problématique psychique.

Une quête identitaire virtigineuse : identité multiple ou plurielle ?

COLLECTIF. «Avatarisme»: métaphore d’une quête identitaire vertigineuse. George: la revue de celles qui dépassent les bornes [ En ligne], 3 aout 2010, [Consulté le 22/01/13]. Disponible sur : <
http://georgemag.ch/%C2%ABavatarism%E2%80%89%C2%BB-metaphore-d%E2%80%99une-quete-identitaire-vertigineuse/ >

Résumé: Zapping et remixe pensé et traduit par des artistes contemporain féminine.
Dans une société où le virtuel prolonge la réalité physique, où le moi n’est plus une entité stable et donnée, on sent poindre une inquiétude liée notamment aux dérives identitaires.

Appropriation des médias : quelle génération concernée ?

DES DESERTS, Sophie. Accros aux écrans: nos enfants ces mut@ants. Le nouvel observateur [En ligne], 25 octobre 2012, [Consulté le 21/01/13]. Disponible sur : < http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20121025.OBS7097/nos-enfants-ces-mut-nts.html >

Résumé: Les NTIC, appropriées par la nouvelle génération : une des causes du remix.
Impact sur leur développement, leur intelligence, leur façon d’être et de penser dans avec ces avatars virtuels.

SALLES, Daniel. Pratiques médiatiques des jeunes et éducation aux médias. Lire au lycée professionnel [En ligne], n°64, Février 2011, [Consulté le 21/01/13]. Disponible sur : <
http://www.educ-revues.fr/LLP/AffichageDocument.aspx?iddoc=39565 >

Résumé: Pratiques médiatiques des jeunes et éducations aux médias : comment ils se l’approprient et crée leur propres univers personnel.

Problèmes de reconnaissance et de positionnement sociétal

ALLARD, Laurence. Britney Remix : singularité, expressivité, remixabilité à l’heure des industries créatives. Vers un troisième âge de la culture ? Poli: Politique de l’image [En ligne], n°1, 2009, [Consulté le 22/01/13]. Disponible sur : < http://culturesexpressives.fr/lib/exe/fetch.php?id=accueil&cache=cache&media=remixredux.pdf >

Résumé : Le public, à qui « on a donné le pouvoir grâce à ces nouvelles technologies et qui occupe désormais un espace à l’intersection des anciens et des nouveaux médias », exige de « participer à cette culture ».
Or la possibilité de mise à disposition par les internautes eux-mêmes de fichiers musicaux ou vidéo a marqué, au début du XXème siècle, le passage d’une « culture comme bien » à une « culture comme lien ». Il s’agit d’une culture de l’échange suivant deux sens du terme.
Les pratiques culturelles digitales ayant en point de mire échanges et interactions nourrissent et se nourrissent des dynamiques sociales : elles sont un support de sociabilité et de performances identitaires. D’autre part, à travers les technologies du p2p s’opère un échange des rôles culturels institués, une réversibilité des rôles traditionnels auteur/diffuseur/programmeur/spectateur.
On peut considérer qu’à travers les blogs, sites de réseaux sociaux, photos prises sur mobile, SMS, jeux, ou forums de discussion, il s’agit pour l’individu contemporain d’expérimenter et d’explorer des réponses plurielles à la question « Qui suis-je ? » à un moment où les réponses toutes faites ne sont plus disponibles.
En s’exprimant sur Internet via les forums, blogs ou médias sociaux tout en créant de petits objets expressifs multimédias comme des vidéos, des photos ou des  playlists, les individus ont la possibilité d’explorer en stylisant celle ou celui qu’ils pensent ou voudraient être.
En s’explorant et s’exposant ainsi, ils espèrent en retour des formes de validation intersubjective et de reconnaissance par autrui du caractère authentique de ce bricolage « esthéticoidentitaire » que représente un profil sur Facebook ou un billet de blog, qui peuvent toujours être retouchés, effacés, démultipliés.